dimanche 22 janvier 2017

Drôle de monde...

Je regarde les nouvelles et c'est un sentiment étrange qui monte en moi... Une sorte de vague-à-l'âme mêlé de découragement... L'accumulation de signaux contraires ces derniers temps devient lourd à encaisser... Voir Trump entrer en fonction aux Etats-Unis et constater que les peurs que cette élection suscitent semblent justifiées me plombent le moral. Vraiment.

Et puis je pense à Pierre Rahbi... Et je me dis que les mesures politiques, si urgentes soient-elles, ont beau tarder à venir (elles ne viendront certainement pas...), rien ne pourra jamais nous empêcher d'être des colibris... Personne ne pourra nous interdire de déposer quelques graines sur le bord de nos fenêtres pour nourrir les oiseaux du ciel, de cultiver des tomates dans nos jardins, sur nos balcons, sur le coin de nos éviers... Personne pour nous empêcher de faire attention à la façon de nous nous nourrissons, dont nous consommons, de marcher plutôt que de prendre notre voiture quand c'est possible... Et surtout personne qui puisse nous empêcher d'aimer nos enfants et de les aider à devenir les hommes et les femmes dont le monde aura besoin, demain.

Personne qui puisse nous empêcher d'appeler de nos vœux une révolution des consciences pour ou contre laquelle les politiques de tous bords ne pourront rien... Nous pouvons choisir d'aimer.

Et cela me réconforte.

dimanche 15 janvier 2017

Une table lumineuse à la maison...

Voilà plusieurs mois maintenant que je lorgne sur les découvertes sensorielles d'Elsa de Coquelipop... Alors, je l'avoue, une table lumineuse... cela me faisait rêver, beaucoup. Je gardais l'idée dans un coin de ma tête, me disant que je pourrais peut-être, un jour, pas trop tard si possible, réquisitionner les compétences en bricolage de mon cher et tendre... Mais des envies comme celles-ci, j'en ai à la pelle... Et des choses à faire dans la maison côté bricolage, ce n'est pas ce qu'il manquait... Bref, je pensais vraiment que la table lumineuse ne serait pas d'actualité avant un bon moment...

Et puis lundi dernier je me trouvais à Leroy Merlin pour acheter un pot de peinture et quelques petites choses dont j'avais besoin... Et je me suis soudain retrouvée devant une caisse en bois dont les dimensions me sont apparues parfaites pour une table lumineuse... Comprenez pas trop petite, mais surtout pas trop grande pour pouvoir être déplacée et rangée facilement au gré des envies et de nos aventures familiales... 60 cm de longeur, 40 cm de largeur, 15 cm de profondeur... Une bête caisse de rangement à glisser sous un lit en somme... J'aurais pu l'acheter aussi pour en faire un bac sensoriel (je garde l'idée...), mais quand je me suis trouvée devant, c'est la table lumineuse qui m'est venue à l'esprit... J'avais déjà une guirlande led toute simple à mettre au fond, restait à trouver le matériau pour la recouvrir... 10 mn plus tard, je me trouvais avec une plaque de pvc extra blanche, coupée juste à la bonne dimension au rayon du verre à la découpe et en route pour la maison...

Et en rentrant, je n'en croyais pas mes yeux... Elle était là... Sur mon lit... Prête à l'emploi!



Je l'ai proposée à Antonin le lendemain soir en rentrant de l'école... Et le succès qu'elle a rencontré m'étonne moi-même... Il l'a réclamée tous les jours depuis!




Et elle fascine aussi les grands frères, le papa, la maman, la petite soeur... Incroyable! De belles découvertes en perspective...

samedi 14 janvier 2017

L'année 2017.



Voilà déjà deux semaines que l'année 2017 a commencé... et déjà, cette sensation qu'elle m'échappe!

Alors je prends le temps d'exprimer aujourd'hui ce que je voudrais vivre cette année.

Une année pour se reconnecter et nous affermir: voilà ce que je voudrais que 2017 soit; pour moi; pour mes enfants; pour notre famille.

En 2017, je voudrais cesser d'être passive et passer à l'action... Ce sera l'année de mes 40 ans, je pense que ça joue sur mon état d'esprit: je veux (re)prendre la main.

Je voudrais:

    - trouver un rythme satisfaisant qui nous permette à tous de vivre sereinement ensemble et de vivre d'authentiques moments de joie; et que chacun, petit ou grand, y trouve son compte; trouver un mode d'organisation et mettre en place des routines qui nous permette de d'évacuer le maximum de stress.

    - faire de notre maison un lieu-ressource où chacun se sente bien et puisse recharger ses batteries; créer une ambiance qui soit source de vie et de paix.

    - trouver des outils qui permettent à Antonin de s'apaiser et de dépasser son anxiété; essayer la méditation avec lui; continuer le yoga.

    - accompagner chacun de mes 4 enfants comme ils en ont besoin: aider Timothée à retrouver de la motivation dans ses études pour qu'il puisse aller au bout de ses projets; soutenir et encourager Thomas à donner le meilleur de lui-même, à s'autoriser à rêver; accompagner Antonin, inventer, être force de proposition; et soutenir le cheminement d'Eléanore qui file si vite: comme elle grandit ces jours-ci!

    - nous donner les moyens, à mon mari et moi, de nous ressourcer et d'affermir notre couple.

    - continuer à chercher et à mettre en oeuvre des façons de vivre une vie plus éthique et écologique.

    - lire d'avantage; et me remettre à l'ouvrage: faire de mes mains, tricoter, coudre, jardiner...


Surtout, je voudrais des rires, de belles découvertes, de beaux moments en famille, des sorties-nature, de la lumière, de la beauté sous toutes ses formes, de la musique, des parties de jeux en famille et beaucoup d'amour!

Une nouvelle année commence... Elle sera belle, quoi qu'il arrive!

 


lundi 9 janvier 2017

Prendre une décision

L'inscription d'Antonin en CP... Quel casse-tête! C'est étrange... Il y a encore quelques mois,je n'aurais jamais envisagé la possibilité de ne simplement pas remettre Antonin à l'école en septembre prochain... Et puis j'ai découvert ce que vivaient certaines familles qui pratiquent l'instruction en famille et ce qui n'était même pas une question à se poser, en est devenue une, cruciale.

J'ai beaucoup lu sur la question... pesé le pour, le contre... essayé d'envisager le "problème" sous tous les angles et pendant quelques temps, la balance a sérieusement penché du côté de l'IEF et d'une déscolarisation.

Et puis Antonin a fait un bilan neuropédiatrique. C'est un bilan que nous avions déjà sollicité pour Thomas, qui a aujourd'hui 13 ans, lorsqu'il en avait 5, le même âge qu'Antonin aujourd'hui. Et le même cas de figure. C'est fou cette impression de déjà-vu! Le bilan ne nous a rien réellement appris que nous ne sachions déjà: Antonin est "hors normes", un profil dit "hétérogène" avec un fonctionnement qui se rapproche assez de celui de son frère aîné, Timothée, grand zèbre (moi, je l'aime bien cette appellation de zèbre pour les hauts potentiels...) de 15 ans, mais avec ses particularités propres... un peu comme si ce petit zèbre avait des rayures noires et blanches au lieu de les avoir blanches et noires, vous me suivez? ;-)

Bref, le professeur B. nous a clairement dit qu'Antonin et l'école, ça allait être compliqué, comme pour ses grands frères avant lui... Toutefois, quand la question de la déscolarisation a été posée, elle s'est montrée franchement réticente... Non pour des questions d'apprentissages... mais pour des questions de compétences sociales, de confrontation à l'altérité. Et là, je dois dire que j'ai clairement senti le découragement gagner la partie.

Fin novembre, je ne savais plus vraiment quoi penser, quoi faire... Alors je suis retournée à la source: j'ai observé mon enfant pour savoir ce qu'il avait à me dire. Au mois de décembre, je l'ai regardé évoluer: ce que j'ai constaté, c'est qu'il apprenait vite, une fois qu'il était arrivé à maturation sur un sujet (phonèmes, numération, notion de temps...), qu'il avait fait de réels progrès au niveau de la maîtrise de ses gestes et du travail de la main, qu'il avait une mémoire phénoménale. Mais j'ai constaté aussi que sa capacité à vivre avec d'autres (faire attention aux autres, ne pas couper la parole, écouter, attendre son tour...) restait encore en souffrance malgré tous nos efforts pour l'aider à faire attention et à sortir de sa bulle... Et que l'IEF avec sa part de relatif isolement (non, il ne s'agit pas du fameux cliché de la "non-socialisation" des enfants instruits en famille... Je réalise bien que les enfants IEF ne vivent pas en vase clos), n'allait peut-être pas l'encourager à dépasser cette difficulté...

Un autre aspect qui a pesé dans la balance: c'est qu'Antonin ne manifestait aucune  difficulté à aller à l'école, qu'il avait plaisir à nous faire part de ce qu'il y avait découvert et de ce qu'il y faisait, qu'il était même de temps en temps plutôt demandeur.

Nous avons donc fait le choix de maintenir Antonin à l'école l'année prochain et de voir comment son passage à l'école élémentaire allait se passer... Et nous allons essayer de l'accompagner le mieux possible dans cette scolarisation qui aura, nous le savons, son lot de difficultés, quitte à dire stop s'il devient manifeste que le maintenir à l'école l'enferme dans ses difficultés et l'empêche d'avancer à son rythme.

Restait la question du choix de l'école. Nous avons vite éliminé de nos choix l'école primaire publique de notre quartier... Et pourtant comme j'aurais préféré pouvoir faire le choix de la proximité (l'école est dans notre rue, sur le même trottoir, à quelques minutes à pied) et de mes convictions, de la gratuité aussi. Mais cette option-là s'est vite révélée intenable: les échos que nous en avons eu, notamment dans le cas d'enfants atypiques, nous ont consternés... Et puis le rythme de la semaine des 5 jours avec école le mercredi matin, la gestion des activités périscolaires, la fragilité d'Antonin, le fait qu'Antonin arriverait dans cette école avec l'étiquette "enfant à problème" héritée de l'école maternelle jumelée: nous voulions autre chose pour lui, un nouveau départ. Le maintenir à l'école, peut-être, mais pas dans n'importe quelles conditions.

J'ai hésité à tenter l'école Montessori de la métropole lilloise... qui a l'avantage d'être une école sous contrat, ce qui n'est pas négligeable: une école hors-contrat est pour nous inenvisageable financièrement. J'ai renoncé: elle se trouve dans la direction opposée de l'endroit où nous nous trouvons... Cela aurait représenté des temps de trajets infernaux et un stress trop lourd pour notre famille... Et puis les listes d'attentes sont telles dans cet établissement qu'il y avait peu de chances que nous parvenions à obtenir une place pour Antonin...

Restaient donc les écoles privées de notre secteur... Voilà Antonin en passe d'être inscrit... En espérant que nous aurons fait le bon choix, qu'Antonin s'y trouvera bien et qu'il y sera accueilli... Et je me sens prête à relever le challenge d'essayer de cheminer vers une forme de "co-schooling"... Une forme d'accompagnement qui reste à définir et à inventer...


samedi 31 décembre 2016

Quels souhaits pour 2017?

Voilà l'année qui se termine... Lille s'est couvert de givre. C'est de saison... mais ce n'est pas si courant ici... La fin d'année sera calme pour nous, une soirée paisible au coin du feu, resserrés autour de notre noyau familial, à 6 pour accueillir une nouvelle année chargée d'espoirs, d'attentes, avec sa part d'incertitude aussi... On la voudrait la plus douce possible, joyeuse, pleine de découvertes et de beaux moments... mais on la vivra telle qu'elle sera, avec ses hauts, et ses bas...

L'année 2016 aura finalement été une étrange année: une année de tristesse et de lâcher prise, une année qui m'aura un peu bousculée, chahutée même.... mais aussi une année de prises de conscience, de remises en question et de mises en route en tous genres: une année de petits pas et de petites victoires; et puis il y aura eu de véritables moments de grâce et de joie, de belles rencontres et de belles découvertes.

Alors si je devais souhaiter quelque chose pour 2017, ce serait que ce qui a été initié en 2016 puisse se poursuivre, s'approfondir... et que ce qui a été abîmé et blessé en 2016 puisse trouver une forme de résolution en 2017: que ce qui doit rester derrière reste derrière et que ce qui doit être apaisé, guéri puisse recevoir le baume nécessaire...

En 2016, nous nous sommes laissés touchés par le film Demain et nous avons choisi d'essayer de faire notre part... nous avons délaissé les supermarchés, nous avons changé de banque, nous avons commencé à adapter notre régime alimentaire, et nous continuons à chercher à rendre notre consommation plus éthique, plus responsable... Tout cela n'est qu'un début... Il y aura encore de nombreux autres "chantiers" à ouvrir pour ajuster encore davantage notre vie à un idéal dont nous avons commencé à tracer le contour... Je souhaite que 2017 nous permette la poursuite de cette aventure-là...

En 2016 aussi, je n'aurai cessé de me questionner, à en perdre mes courtes nuits même, sur ce que je voudrais vivre avec mes enfants... J'aurai bien des fois touché mes limites, entrevu, souvent, combien suivre le "courant principal" peut être destructeur et combien il devient urgent de chercher d'autres façons de faire, d'inventer du neuf... J'aurai beaucoup "picoré", pioché des idées ici ou là, et je me serai émerveillée devant la richesse et la vitalité de l'expérience de nombreuses mamans qui partagent généreusement ce qu'elles vivent avec leurs enfants sur internet... Et si j'avais un seul souhait pour 2017, ce serait celui de passer à l'étape suivante: celui de la mise en pratique. Je ressens le besoin de passer à l'action: il est temps, je crois. Nous verrons bien ce que cela donnera.

Dans les jours qui viennent (demain peut-être?), je terminerai de mettre par écrit  la nouvelle feuille de route que je prévois de me donner pour cette nouvelle année... Je la partagerai surement ici...

En attendant, je souhaite à tous ceux et celles qui lisent ces mots une fin d'année 2016 pleine de joie et de lumière et que 2017 vous soit douce et heureuse.

lundi 19 décembre 2016

Des livres pour attendre Noël...

Voilà, nous sommes dans la dernière ligne droite... Le début des vacances aidant, l'esprit de Noël gagne un peu plus les esprits...

Cet après-midi j'ai rassemblé les livres que nous avons sur le thème de Noël et j'ai fait une petite sélection... Certains ont déjà été ouverts ces dernières semaines, d'autres seront (re-)découverts dans les prochains jours... Les premiers sont entrés dans notre bibliothèque il y a déjà plus de dix ans... pour les premiers Noëls de Timothée et de Thomas... D'autres sont plus récents, les petits derniers ayant rejoint le cercle la semaine dernière ;-)... Quel bonheur de les ouvrir et de se plonger dans la magie de cette jolie fête!


Tout cela donne envie de se faire un bon chocolat chaud et de se pelotonner sur le canapé sous une couverture bien chaude...

samedi 17 décembre 2016

Réflexions au coin du feu...

Le hasard fait qu'Antonin m'a demandé de sortir le matériel de peinture alors que je passais en revue des articles d'Eve Hermann sur le travail des mains et les nombreuses activités créatives de ses filles qu'elle nous fait partager sur son blog, pour mon plus grand bonheur...

Mon premier mouvement a été, je l'avoue, de répondre... "Attend un peu, on fera ça plus tard"... Et puis aussitôt après, je me suis demandée "pourquoi attendre? S'il a envie de créer: le matériel est à portée de main, allons-y!"... Et le voilà installé sur la table familiale, absorbé par son projet, pendant que je tente de me réchauffer au coin du feu et que mille idées s'entrechoquent dans mon esprit.

Je n'ai pas l'esprit au repos ces derniers temps... Il y a d'abord toutes les idées, les envies qui me viennent en tête... de petits changements aux grands bouleversements... des envies d'"autrement", de "différemment"... Tous ces petits mal-êtres et malaises que j'identifie, ces besoins d'autre chose qui grandissent... Et puis aussi le constat de la vie folle que nous vivons, du rythme effréné qui domine notre vie... Et la question de savoir comment avancer et commencer à mettre les premiers en oeuvre tout en continuant à tenir les seconds, au moins ce qui doit être tenu... Une question qui reste entière à l'heure d'aujourd'hui. Sans début de réponse pour l'instant... Aucune qui nous donne satisfaction jusqu'à présent en tout cas... Le découragement n'est pas loin, tapi à l’affût du désagrément ou de la désillusion de trop... Le monde actuel ne tourne pas rond, mais comme il est dur de s'extirper de sa folie et de résister...

Depuis une semaine, la fatigue aidant, un étrange vague-à-l'âme s'est installé, apaisé doucement par la joie des préparatifs de noël, les bougies allumées quotidiennement, les feux de cheminées et l'attente qui grandit... J'en profite pour commencer à mettre en forme les souhaits, les défis, les envies qui je voudrais formuler pour 2017... J'y reviendrai peut-être ultérieurement plus longuement...

Un des points forts de ce qui m'habite en ce moment en tout cas est l'envie de remettre notre petit noyau familial au cœur et de se donner les moyens de vivre ensemble et chacun des moments qui nous nourrissent et nous fassent grandir... L'envie de faire de ses mains... de créer, de fabriquer, de refuser l'instantané du produit standardisé quand cela est possible, de revenir à des matériaux nobles, respectueux de la planète... De ralentir pour mieux s'émerveiller... Voilà, parmi beaucoup d'autres choses, quelques idées qui m'habitent et qui colorent mes rêves pour 2017...

Alors voilà une liste (un début de liste) de ce que je voudrais faire de mes mains l'année prochaine :

- coudre des vêtements, pour moi, pour mes enfants...
- tricoter...
- confectionner une poupée Waldorf pour mes deux plus jeunes enfants.

Parmi les techniques que je voudrais explorer avec eux, il y aurait :
- le feutrage.
- l'aquarelle et les fusains.
- le tissage.
- la vannerie.

Et puis continuer à explorer les mille et unes techniques dont les enfants raffolent auxquelles je ne pense pas assez souvent et qui sont pourtant si simples à mettre en oeuvre: le pliage, le poinçonnage, le collage, le modelage...

Et à mesure que j'écris, je réalise que l'idée de pouvoir mettre nos mains davantage au travail me semble juste et me remplit de joie... Un bon début...